mercredi 4 février 2015

Quatre livres et moi

Bonjour,

Je dois le dire, j’ai beaucoup hésité avant de faire ce blog. Je me trouvais toutes les excuses pour ne pas le commencer. D’abord je pensais que je n’avais pas assez de matière, après que j’en avais trop, que je ne saurai pas comment l’organiser. Je me suis ensuite posé des dates : je ferai le blog quand j’aurai vu telle personne, tel spectacle, telle animation. Il y a eu aussi l’idée très forte : pourquoi faire un blog, il y a tellement de gens plus compétents que moi qui ont leur blog. Pour dépasser cet obstacle, j’ai développé une métaphore : celle d’une grande maison où chacun apporte sa pierre. Certes, je n’ai qu’une petite pierre, mes facultés et connaissances sont très limitées, mais peut-être peuvent-elles être utiles à quelqu’un ou à quelque chose. Donc un matin, je me suis dit, il faut que cette procrastination cesse, j’ai posé la date butoir du mardi 3 février 2015 pour débuter et ce jour-là, j’ai demandé l’aide de ma femme pour créer mon blog. Ma femme a déjà un blog d’artiste peintre à l’adresse suivante : wandatorres.blogspot.com.  Néanmoins, malgré son expérience, nous avons galéré pendant des heures pour créer le blog. Beaucoup de choses nous posaient problème : ajouter une photo, mettre l’adresse de mon site et de ma page Facebook, etc. Finalement, je pense que cela a été comme un accouchement, beaucoup de douleur et, finalement, une grande libération.


Aujourd’hui je voudrais vous parler de quelques livres que j’ai particulièrement aimés et que je recommande. Il s’agit en psychologie du livre du psychiatre, psychanalyste et éthologue Boris Cyrulnik, Les Vilains petits canards, et de l’essai du psychiatre américain Scott Peck Le Chemin le moins fréquenté. J’ai lu aussi avec passion deux livres du prestidigitateur mentaliste Vincent Delourmel, un sur le développement personnel Développez votre potentiel et un autre sur la mémoire Les dix secrets de votre mémoire, l’art de la mémoire expliqué par un mnémoniste professionnel.


Commençons d’abord par Les Vilains petits canards de Boris Cyrulnik. Ce livre m’a passionné et enthousiasmé car il donne un grand message d’espoir par une des sommités actuelles de la psychiatrie. Cyrulnik nous dit que, malgré tous les problèmes que nous avons ou avons eus, nous pouvons à tout âge rencontrer quelque chose qui nous libère qui s’appelle la résilience. Cette résilience vient souvent d’une personne qui croit en nous et nous aide. Ce phénomène, je l’ai connu plusieurs fois avec un ami, des professeurs, avec ma femme. Cyrulnik nous dit que même ceux qui semblent complètement détruits psychiquement peuvent connaître la résilience. Il prend l’exemple des orphelins roumains abandonnés sans personnes adultes, sans modèles, sans aides, sans stimuli, dans leurs orphelinats, sous le régime de Ceaucescu. Certains ont réussi à s’en tirer et à être bien malgré leurs problèmes énormes, a-t-on montré de façon statistique. Même un examen de leur cerveau a prouvé qu’ils étaient à présent dans un état comparable à celui des gens de leur âge. Donc un grand message d’espoir.


Le deuxième livre que j’ai adoré, c’est celui de Scott Peck Le Chemin le moins fréquenté. L’auteur est un psychiatre américain qui a constaté qu’avec la psychothérapie analytique classique inspirée par Freud beaucoup de gens ne progressaient pas et ne guérissaient pas. Il met en évidence le concept de la dureté extrême de la réalité contrairement à ce que certaines personnes peuvent affirmer. La réalité est souvent  malheur, souffrance, maladie, mort. Il faut l’accepter ainsi, en prendre conscience, en prendre son parti aussi. Ensuite, toute psychothérapie est longue et difficile. Scott Peck prend la métaphore du bricolage. Ce n’est pas que l’on soit doué ou pas pour le bricolage. Il faut y mettre du temps, observer pendant longtemps. C’est pareil pour la psychothérapie : est nécessaire une observation longue, parfois pénible de soi-même pour progresser. La troisième idée de Scott Peck que j’ai aimée, c’est celle des cartes mentales. Il nous dit que nous nous faisons des cartes mentales de la réalité pour vivre et agir. C’est un peu la même idée que la programmation neuro-linguistique qui reprend les théories d’Alfred Korzybski, créateur de la sémantique générale, « Une carte n’est pas le territoire ». Mais Scott Peck va plus loin, il nous dit qu’à plusieurs moments dans notre vie nous devons changer la carte psychique de notre territoire. Cela correspond souvent à des moments difficiles : deuil, perte d’emploi, retraite, départ des enfants de la maison familiale, changement dans la vie professionnelle ou personnelle, etc. On peut modifier sa carte mentale à tout âge, à seize comme à quatre-vingts ans. Evidemment, ce changement peut être difficile quand nous sommes âgés parce que nous n’avons plus tellement envie de faire des efforts, nous considérons que nous avons déjà travaillé à la fois physiquement et psychiquement. Malheureusement, pour surenchérir sur Scott Peck, je crois qu’il faut travailler et faire des efforts tous les jours de notre vie. Je pense au Mythe de Sisyphe d’Albert Camus. Il nous compare à ce héros de l’antiquité condamné à pousser un rocher aux enfers pour l’éternité. Camus nous dit que nous sommes comme lui contraints à pousser le rocher de la vie durant toute notre existence mais qu’« il faut imaginer Sisyphe heureux ».


Le troisième livre que je conseillerais est celui du prestidigitateur mentaliste Vincent Delourmel, Développez votre potentiel. Il nous raconte son itinéraire, comment il est parti de rien, d’études plutôt pas géniales, d’une faillite dans sa première entreprise pour finalement devenir un magicien mentaliste respecté, passant à la télévision, donnant des cours sur la mémoire. Je n’en dis pas plus. A vous de découvrir comment il a procédé.


J’ai beaucoup aimé aussi le livre de Vincent Delourmel sur la mémoire, Les dix secrets de votre mémoire, l’art de la mémoire expliqué par un mnémoniste professionnel. J’ai lu beaucoup d’essais sur le sujet mais je pense que celui-ci est un des meilleurs, il a trois qualités déterminantes : il donne de nombreuses références à des méthodes et à des artistes mnémonistes, il propose des exercices intéressants, il donne une véritable méthode pour renforcer sa mémoire et faire des démonstrations de mémoire prodigieuse.


Voilà. J’espère ne pas vous avoir trop ennuyé. J’ai été assez long dans cet article parce qu’au départ on a toujours beaucoup de choses à dire ! Le prochain article portera sur le mentalisme. A bientôt.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire